Le site plein de ressources pour s'engager dans une consommation responsable.

BeOrganik, un institut de beauté éco responsable à la pointe… du Finistère

C’est le sourire aux lèvres que Shirley Bourut, 38 ans, nous accueille dans son institut de beauté responsable BeOrganik à Saint-Renan. Cette esthéticienne pétillante est fière de nous partager ses engagements pour une beauté naturelle alternative et respectueuse de l’environnement. Une rencontre enrichissante pour se défaire des standards de l’esthétique !

commerce-zero-dechet-shirley-bourut

Parcours d’une esthéticienne zéro déchet

Originaire de Plouzané, Shirley a fait des études dans le secteur social avant de travailler dans le commerce en tant que responsable magasin pour la marque bretonne KanaBeach. Après quelques années, elle décide de se reconvertir et obtient un CAP esthétique.

C’est en 2018, après avoir travaillé dans un institut de beauté “traditionnel”, que Shirley décide de prendre son indépendance afin de se “libérer des stéréotypes et des marques de beauté conventionnelles” nous raconte-t-elle. Très vite, Shirley prend conscience que de nombreux produits chimiques sont utilisés et qu’il y a trop de déchets à usage unique qui sont générés par son activité.

commerce-zero-dechet-sachet-tissus

Son leitmotiv ? “Promouvoir des marques françaises, locales si possible, et propres pour l’environnement et la santé”. Elle porte aussi une attention particulière aux emballages des produits pour qu’il y en ait moins ou qu’ils soient les plus responsables possibles. “Il y a plein de jolies marques françaises et bio que je ne sélectionne pas car il y a encore trop de plastique à mon goût”, précise Shirley.

“Trop de produits chimiques, trop de déchets… Ça doit être possible de proposer un institut de beauté différent !”

Un institut qui prône la beauté au naturel

Dans son local de 55m2, Shirley nous fait découvrir l’espace soin et la boutique de son institut, situé à deux pas du centre historique de Saint-Renan.
A la vente, elle privilégie les produits conçus au maximum dans des contenants recyclables et consignables, mais aussi des produits en vrac comme les shampoings solides et les savons.

Les marques de cosmétique référencées par Shirley :

  • Endro Cosmétiques, pour son dentifrice en pâte au pot consigné
  • Capitaine, des savons fabriqués dans les Côtes d’Armor
  • ZAO, du maquillage rechargeable et recyclable conçu dans des packagings en bambou à Lyon
  • Codina, pour le gel d’aloe vera dans un contenant en verre venant de Bourgogne
  • IBBEO, des produits de soin conçus à Montauban dans des packagings consignés
commerce-zero-dechet-be-organik

Les indispensables pour fabriquer ses cosmétiques maison

Afin de sensibiliser sa clientèle à des pratiques plus respectueuses de l’environnement dans la salle de bain, notre esthéticienne propose aussi à la vente de nombreuses matières premières nécessaires à la réalisation de cosmétiques maison telles que :

  • les poudres ayurvédiques,
  • les huiles végétales,
  • un kit de matériel (bol, balance de précision…).

Avant la pandémie, elle animait aussi des ateliers de fabrication de cosmétiques maison dans son institut, et qui reprendront dès que la situation sanitaire le permettra.

commerce-zero-dechet-huiles-vegetale

La transmission d’un mode de vie durable

Shirley pousse sa démarche plus loin en collaborant avec Isabelle Marc, gérante de La Boîte à Couture à Saint-Renan, avec qui elle a conçu une trousse de protections hygiéniques lavables comme elle aurait aimé en trouver en démarrant le zéro déchet. Elle met en avant un véritable mode de vie au travers des produits qu’elle sélectionne avec soin :

  • des boucles d’oreilles en papier recyclé,
  • des porte-savons fabriqués à partir d’anciens filets de pêche,
  • des lingettes lavables,
  • des tissus pour l’achat en vrac…
commerce-zero-dechet-protection-mentruelle

Une cabine de soins pour se faire chouchouter au naturel

commerce-zero-dechet-cabine

L’institut se démarque par son bel espace réservé aux soins. Shirley est reconnue pour ses massages et réalise également des soins visage et corps avec les produits vendus dans la partie boutique. L’épilation traditionnelle se fait à la cire au sucre et elle propose aussi l’épilation définitive à la lumière pulsée. Les valeurs véhiculées par Shirley sont partagées par sa clientèle, majoritairement féminine même si les massages se démocratisent chez les hommes.

commerce-zero-dechet-cabines-soin

“Certains clients viennent pour ma démarche naturelle et zéro déchet et je peux sensibiliser les autres ! “

Une démarche zéro déchet progressive, avec quelques accrocs…

Lorsqu’elle ouvre BeOrganik, c’est pleine de bonne volonté que Shirley fait le choix d’utiliser des bandes en coton lavables pour les épilations. Malheureusement, elle s’est vite rendue compte qu’elle ne pouvait pas les laver en machine car la cire et les poils partaient difficilement… “Il fallait que je les lave toutes à la main !”.

Après 2 ans et demi, Shirley comprend que cela consomme trop d’eau et y renonce: “Je suis repassée au jetable sur les bandes. […] Il faut de l’eau pour la fabrication du coton et j’en utilisais encore énormément après pour les laver”. Néanmoins, elle utilise toujours des draps de soin lavables et jette très peu de consommables au quotidien, respectant ainsi ses valeurs de minimisation des déchets.

commerce-zero-dechet-be-organik


Shirley a aussi fait face à quelques mauvaises surprises en recevant des cosmétiques commandés sur Internet: “Sur la photo, je croyais que le packaging était en verre, et quand je reçois le produit, c’est du plastique…” Quand cela arrive, elle n’hésite pas à faire savoir son mécontentement au fournisseur et renvoie la commande quand c’est possible.
De plus, pour faire découvrir les produits à sa clientèle, Shirley a trouvé la solution au problème des échantillons plastiques : comme elle utilise en soin, les mêmes produits qu’elle vend en boutique, elle en verse un peu dans un contenant en verre désinfecté afin que son client puisse tester le produit chez lui avant de l’acheter…

“Ce n’est pas parce qu’on essaie de rentrer dans le zéro déchet qu’il faut se mettre une pression de dingue et culpabiliser au moindre truc qui rentre dans la maison, il faut apprendre à relativiser”

Comment s’orienter vers une cosmétique plus naturelle ?

Les étiquettes des produits cosmétiques sont de plus en plus compliquées à décrypter, et c’est grâce à sa formation et à sa curiosité naturelle que Shirley a appris à les traduire ! Selon elle, “presque 70% des composants d’un produit cosmétique sont inutiles”.

Les marques ont de plus en plus recours au greenwashing dans le but de se forger une image éco-responsable auprès de leurs clients. “Elles avancent des arguments marketing tels que les “principes actifs à 99% d’origine végétale”, lorsque ceux-ci ne concernent qu’1% du produit dans sa globalité !”.

La filière biologique n’est pas non plus exempte des critiques concernant les packagings, souvent conçus en plastique. “Peu d’efforts sont faits là-dessus alors que ça valoriserait les produits… Mais les choses commencer à bouger !”, indique Shirley.

Les pièges à éviter selon Shirley:

  • Les ingrédients finissant par “one” : comme silicone, dimethicone… qui sont néfastes pour l’environnement et particulièrement pour les nappes phréatiques.
  • Les crèmes contenant de l’alcool : cela évitera les rougeurs et autres démangeaisons sur les peaux fragiles…
  • L’eau micellaire : ce nettoyant pour la peau contient des micelles permettant à l’huile et l’eau de fusionner pour démaquiller la peau. “Ces particules tensioactives viennent agresser la peau et si vous ne la rincez pas, c’est comme si vous laissiez un voile de savon sur l’épiderme… Pas top ! Sachez qu’un simple corps gras tel que de l’huile d’olive est tout aussi efficace pour se démaquiller.” nous explique-t-elle.
commerce-eco-responsable-be-organik

Prendre soin de sa peau naturellement en temps de la Covid-19 :

  • Pour les mains abîmées par le gel hydro alcoolique : préférez l’huile de colza, de bourrache, de chanvre, de consoude, ou bien du beurre de karité. Appliquez en couches épaisses, mettez des gants et la peau sera réparée en une nuit !
  • Avec le port du masque, les crèmes hydratantes occlusives empêchent la peau de respirer, ce qui alimente l’acné… Shirley recommande le mélange aloe vera et huile de jojoba. Convenant à tous les types de peaux, c’est l’idéal pour venir hydrater et nourrir en profondeur.

“Ce n’est pas parce que c’est bio que c’est génialissime !”

Les autres démarches zéro déchet de Shirley au quotidien…

Cela fait 3 ans qu’elle a opté pour le vélo électrique pour parcourir les 24 kilomètres qui la séparent de son institut. A la maison, elle a commencé par agir sur la salle de bain et a réussi en quelques mois à se débarrasser du plastique inutile, tout en convertissant ses enfants à ce mode de vie.  Il y a une satisfaction qui est chouette et qui donne envie de continuer sur un autre pôle de la maison”, nous explique-t-elle.

Shirley y voit un important avantage économique rien qu’en changeant le combo shampoing-gel douche, en passant d’abord au solide, puis en le fabriquant soi-même. Chez elle, les habitudes sont plus compliquées à changer dans la cuisine, même si elle a déjà mis en place un compost et qu’elle achète ses fruits et légumes auprès de petits producteurs locaux.

… et dans son entourage !

Shirley contribue aussi à faire changer les pratiques des commerçants de Saint-Renan. Elle a convaincu le gérant d’un bar de la ville, d’utiliser des gobelets réutilisables et consignables à la fermeture du bar !


Elle anime également des ateliers autour de la fabrication de cosmétiques dans le cadre du défi “Famille Zéro Déchet” organisé par la communauté de communes du pays d’Iroise (CCPI). Lors de ces rencontres, elle enseigne à 14 familles comment fabriquer son propre shampoing solide, son déodorant baume ou encore une crème pour le corps ? Elle donne aussi quelques astuces afin de les personnaliser.

DIY pour fabriquer un shampoing solide réalisé en atelier avec Shirley, contre les démangeaisons du cuir chevelu :

Les ingrédients :

  • 15g de poudre d’ortie, pour les cheveux gras
  • 15g de poudre de guimauve, excellent démêlant
  • 10g d’huile de chanvre, apporte brillance et nourrit le cheveu
  • 30g de SCI (tensioactif), pour faire mousser
  • 10g d’eau

Etape par étape :

  1. Verser les ingrédients dans un bol,
  2. Faire fondre le tout au bain marie pendant quelques minutes jusqu’à l’obtention d’un mélange homogène.
  3. Verser la préparation dans un moule en silicone et le placer au frigo pendant 1 à 2 heures.
  4. Démouler le shampoing solide. Il est recommandé de le laisser sécher environ 48 heures avant de l’utiliser.

D’autres DIY sont à découvrir sur le site de S’y mettre :

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site Internet de l’institut Be Organik

Découvrez aussi