Le site plein de ressources pour s'engager dans une consommation responsable.

Semer de bonnes pratiques et récolter un maximum de bonnes idées pour votre alimentation !

Bienvenue chez Emmanuelle Mary à Landivisiau qui nous accueille dans sa maison du bonheur et du bon vivre! Dès l’entrée du jardin, de petites ardoises récupérées interpellent les passants sur les variétés des plantes aromatiques et leurs bienfaits sur l’alimentation… C’est le moment de laisser parler notre vraie nature !

L’alimentation, 1er pilier de la santé

Emmanuelle est originaire de Cholet où elle a vécu toute son enfance avec ses 4 frères et sœurs.  Ayant grandi à la campagne, avec un père agriculteur et une mère gérante d’un magasin de diététique dans les années 80, l’alimentation saine et naturelle a toujours été au cœur de leur assiette et est pour elle le 1er pilier de la santé !

Entre les légumes du jardin, la viande de la ferme et l’épicerie dans le magasin diététique, le fait-maison est intrinsèque dans ses habitudes de consommation et d’alimentation. Aujourd’hui végétarienne, avec des tendances végétaliennes (car le fromage, c’est dur de s’en passer !), elle organise ses repas autour d’une base commune et décline ensuite selon les régimes alimentaires de chacun. Son compagnon est flexitarien, « à la maison, il se passe de viande et de poisson, mais au restaurant, il se fait plaisir quand il en a envie ! » et Harmonie, la petite fille, est omnivore et mange viande et poisson en complément du menu de base préparé par Emmanuelle. 

Des courses en vrac et en circuit (très) court

A Landivisiau et aux alentours, Emmanuelle a son carnet d’adresses bien rempli pour l’alimentation afin de pouvoir faire ses courses en mode zéro déchet. Chez elle, les bocaux et Tupperware sont les stars des placards et on y trouve très peu d’emballages plastiques ou cartonnés. « Il est difficile de cumuler les 2 systèmes, alors, il faut faire un choix… et celui du vrac et des commerçants locaux est pour moi le plus logique dans ma démarche » nous raconte Emmanuelle. « Comme ça, je fais tout à pied, avec mon trolley dans lequel je mets mes sacs réutilisables, mes bocaux et mon fameux sac à pain ! ».

troller-courses-emmanuelle

Les bonnes adresses d’Emmanuelle :

  • Biocoop de Landivisiau pour son vrac, son épicerie « sec » et ses fruits et légumes déclassés : ce n’est pas parce qu’ils ne sont pas beaux, qu’ils ne sont pas bons !  
  • L’épicerie des Jeannettes à Morlaix : son magasin préféré en vrac (avec plus de choix de liquides en vrac)
  • Le Marché de Landivisiau ; tous les mercredis, avec ses 3 maraîchers préférés et des mycologues locaux.
  • 3 boulangeries bio autour de Landivisiau avec du bon pain rustique qui se tient longtemps… et est délicieux ! Ce pain vous garantit une alimentation saine.
  • Le fromager local… pour craquer avec plaisir !

Son jardin des saveurs

Petit à petit, Emmanuelle a pris possession de son jardin. Ici les plantes sauvages côtoient les plantes cultivées tout naturellement. Rien ne part à la déchèterie, tout se transforme en engrais vert. De plus, le récupérateur d’eau est la seule source utilisée pour arroser les plantes, ainsi que l’eau récupérée dans la douche le temps qu’elle chauffe, l’eau de cuisson ou de rinçage…

« Moi, ça fait 20 ans que je pratique la permaculture ! J’aime voir la nature pousser, c’est la symbiose d’une vie globale et heureuse… »

Dans son jardin, on trouve tout ce qu’il faut pour accompagner une alimentation saine au fil de l’année :

  • Un potager : oignons, betteraves, courgettes, topinambours, poireaux, pommes de terre (pas butées, elles poussent naturellement sous de l’herbe séchée !) …
  • Un « verger »  : framboisier, cassissier, groseillier, 2 noisetiers, 2 cognassiers, des fraisiers sauvages, rhubarbe, physalis, un poivrier de Sichuan. Quand les baies deviennent rouges, la graine tombe et il faut récupérer la coque qui, une fois moulue, a une saveur incomparable.
  • Un jardin d’aromatiques : c’est le trésor d’Emmanuelle ! La plupart des plants viennent de dons ou d’échanges entre proches. Ce sont des plantes très faciles à cultiver et indispensables pour aromatiser sa cuisine savoureuse et saine ou en faire des tisanes gustatives ou curatives. Emmanuelle qui est en formation pour devenir naturopathe précise : « Si vous réalisez des tisanes curatives, il faut choisir au maximum 2 plantes aux vertus curatives sinon leurs vertus s’annulent ». Comme dit l’adage, « Qui voit la sauge dans son jardin, ne voit jamais le médecin ! », ainsi vous en trouverez dans le jardin d’Emmanuelle, mais aussi de la verveine citronnée, du laurier sauce, romarin, sarriette, menthes, coriandre vietnamienne, origan, épinard perpétuel, mélisse, thym, ciboulette (dont les fleurs fraîches ont un bon goût d’échalote à saupoudrer sur une salade ), romarin (qu’il faut utiliser séché dans la cuisine), myrte, sedum, grande mauve et bourrache (dont les feuilles se mangent en salade), chénopode (à manger cru ou cuit dans des omelettes, tartes ou lasagnes)… Emmanuelle aime aussi les plantes sauvages comme le plantain dont les jeunes pousses ont un petit goût de champignon ou les orties dont elle confectionne des tisanes détoxifiantes qui reboostent l’énergie.
    Pour la préparer : cueillir les sommités, rincer, infuser et filtrer.

« C’est beaucoup de travail, mais quelle fierté de servir son propre poivre à table ! ».

Lorsqu’Emmanuelle s’installera en tant que naturopathe, elle aimerait recevoir ses « patients » dans son jardin pour leur montrer tout naturellement les bienfaits des plantes pour notre alimentation. Elle a déjà conçu des ardoises sur lesquelles elle indique les noms et les vertus des plantes. L’idéal pour Emmanuelle, est d’utiliser les plantes fraîches pour garder toutes leurs qualités… et pour s’en servir toute l’année, le mieux est de les sécher, en bouquet, la tête en bas et de les conserver à l’abri de la lumière pour conserver toutes leurs qualités. 

L’organisation des placards pour ne pas stocker ses euros !

Pour Emmanuelle, avoir trop de stock chez soi et avoir les placards ou le frigo qui débordent, c’est tout simplement laisser dormir ses euros… et finir en plus par les jeter ! Ainsi, Emmanuelle a repensé toute l’organisation de sa cuisine pour y voir plus clair et réduire le gaspillage alimentaire. « Pour notre famille de 3 personnes, nous mettons un sac à la poubelle chaque semaine ! » précise-t-elle.

La cuisine d’Emmanuelle organisée par catégories :

  • Un tiroir à épices, herbes aromatiques et condiments : les alliés incontournables d’une cuisine végétale qui a du goût !
  • Un tiroir sucré : pour confectionner le petit-déjeuner et le goûter avec ses aides de cuisine comme la farine, la fécule, la chapelure (faite maison : du pain rassi, un blender, un pot hermétique et le tour est joué)
  • Un tiroir à céréales, gâteaux en vrac, maïs éclaté.
  • Un tiroir à liquide : huile, vinaigre, sauce soja… en vrac bien sûr !
  • Sur les étagères, à disposition et en décoration, de grands bocaux contenant l’épicerie sec : pâtes, riz, semoule (toujours complet !), lentilles…
  • Le kit de nettoyage zéro déchet pour laver sa cuisine avec des ustensiles réutilisables.

Pour réaliser un bon pop corn maison :

  • Etape 1 : Faites chauffer une soupe de cuillère d’huile dans une casserole, quand elle est chaude, ajoutez les grains de maïs.
  • Etape 2 : Quand le maïs commence à éclater, mettre le couvercle et laisser cuire 3 min en remuant la casserole. Quand il n’y a plus de pop, c’est prêt !

Recette du parmesan végétal fait-maison :

  • 2 cuillères à soupe de levure de bière,
  • 1 cuillère à café d’ail déshydraté
  • 2 cuillères à soupe de poudre d’amande
  • du sel et du poivre.
    Vous n’avez plus qu’à mélanger et conserver dans un bocal hermétique.

Les équipements incontournables pour la cuisine faite-maison

  • Un robot pâtissier pour réaliser toutes les pâtes (sablées, à pain, à pizza…)
  • Un blender pour les jus de fruits, légumes, soupes…
  • Un bon stock de boîtes hermétiques en verre c’est mieux ou en plastique à 0 % de bisphénol A.
  • Les Bee Wrap ou charlottes pour remplacer le papier aluminium ou film plastique.

Comment cuisiner en économisant de l’énergie ?

Pour Emmanuelle, chaque petit geste compte et elle est toujours sur le qui-vive pour trouver de nouvelles pratiques ou habitudes de vie pour avoir le moins d’impact possible sur l’environnement. Pour cela, elle a trouvé des forums ou des groupes de discussions sur Facebook dans lesquels elles piochent des idées d’économie d’énergie. Si elles lui paraissent logiques et faciles à adopter : elles changent ses habitudes et les met en place dans son quotidien.

Astuces de cuisinière en mode zéro déchet :

  • Pour faire bouillir de l’eau plus vite : toujours couvrir la casserole et mettre le gros sel uniquement quand ça bout (l’eau salée met plus de temps à bouillir).
  • Pour les plats au four (sans faire rôtir) : elle coupe le four 10 minutes avant la fin du temps de cuisson et les laisse finir de cuire dans le four encore chaud. Idem pour les pâtes ou le riz où elle coupe le gaz 2 minutes avant la fin et les laisse finir de cuire dans l’eau encore chaude.
  • Pour la cuisson des œufs durs : Elle coupe le gaz 3 minutes après ébullition et les laisse finir de cuire pendant 20 minutes dans l’eau.
  • Pour l’eau : elle filtre l’eau du robinet avec des billes de céramique réutilisables à vie… et récupère l’eau de cuisson (non salée) ou l’eau de rinçage pour arroser ses plantes.

Emmanuelle, en suivant sa formation de naturopathe, a l’impression que plus elle en apprend, plus le champ des connaissances s’agrandit…

L’essentiel est de vivre en harmonie avec la nature qui l’entoure et en tirer tous ses bienfaits, sans l’impacter !

Découvrez aussi

Dressing tri recyclage

Vider son dressing

On achète, on stocke, on jette, c’est le cycle classique d’un vêtement. Aujourd’hui, il existe pleins d’autres options et notamment quand il s’agit de la

En savoir plus >